L'Emprunt, comment ça marche?

CONDITIONS D'EMPRUNT & DURÉE DE PRÊT

 

Les adhérents à jour de leur cotisation annuelle, ayant souscrit l'option « emprunt » (5€ supplémentaires/an) et ayant transmis un chèque de caution de 40€ (non encaissé) peuvent bénéficier du prêt de jeu.

Dès lors, chaque prêt est gratuit à raison d'un jeu de société par adhérent pour une durée de 1 mois maximum.

 

LIEUX D'EMPRUNT

 

Les jeux peuvent être empruntés à Concoret lors des permanences proposées à la maison d'Ernestine, les 2e et 4e jeudis de chaque mois.

 

CAUTION

 

Un dépôt de chèque de caution d'un montant de 40€ est demandé au moment d'emprunter le premier jeu afin de couvrir d’éventuelles dégradations, perte de jeux ou perte de pièces. Ce chèque ne pourra être encaissé qu’après un rappel à l’adhérent. Il lui sera rendu à la fin de l'exercice en cours, au mois de juin.

 

ENTRETIEN DES JEUX

 

Le jeu doit être rendu en état de marche, propre et complet.

Chaque jeu est vérifié au départ et au retour par un membre du collectif d'animation de l’association.

Toute perte ou détérioration doit être signalée. Le collectif d'animation juge dans ces cas des possibilités de réparation, de remplacement ou de remboursement du jeu ou de(s) la pièce(s).

Chaque décision est prise en concertation : le jeu ne doit en aucun cas être réparé par l’adhérent, de sa seule initiative.

En cas de dégradation, l’association pourra :

+ Encaisser le chèque de caution, ou

+ Encaisser le chèque émis par l’emprunteur pour le remboursement du jeu (sur les bases tarifaires du même jeu neuf), ou

+ Recevoir le même jeu neuf racheté par l’emprunteur. Dans ce cas, celui-ci gardera le jeu détérioré pour lui.

 

PÉNALITÉS

 

En cas de retard, l’adhérent est prévenu, dés la 1ère semaine de retard, par téléphone ou par mail. Il a une semaine pour rapporter le jeu.

Au-delà du 2ème mois, le chèque de caution est encaissé. Son remboursement pourra se faire au retour du jeu, s’il est complet et en bon état. L’adhérent ne pourra pas réemprunter avant régularisation de la situation.